AnalyseUn an plus tard, quel avenir pour les tours de bureaux?

Share:

La pandémie a perturbé le marché des locations commerciales à l’échelle du pays et les centres-villes semblent moins sollicités par les entreprises. Cette situation soulève des questions sur l'avenir des tours de bureaux.

Au centre-ville de Toronto, plus de 9 millions de pieds carrés sont disponibles à louer ou à sous-louer, soit l’équivalent de 450 étages. Il s’agit d’une augmentation de 155 % de l’espace commercial inoccupé par rapport au début de la crise sanitaire.

Cette hausse est encore plus frappante à Vancouver, où le taux d’inoccupation était le plus faible au pays avant la pandémie. La quantité d’espaces commerciaux au centre-ville qui se sont libérés au cours de la dernière année a grimpé de 167 %.

Dans ces deux marchés-là, la situation prépandémique était très favorable. On avait très peu de pieds carrés disponibles à louer, souligne le courtier Laurent Benarrous. La pandémie naturellement a frappé avec un effet assez négatif pour le marché immobilier.

Calgary connaissait déjà un exode des locataires de tours de bureaux avant la pandémie. Le marché immobilier, tant résidentiel que commercial, a beaucoup souffert de la chute du prix du pétrole ces dernières années.

Maintenant, avec le télétravail généralisé, les perspectives sont encore plus sombres, souligne le chercheur Rylan Graham, qui propose dans un récent rapport de transformer des bureaux vides de la métropole albertaine en logements abordables.

Plus du quart (25,2 %) de l’espace commercial au centre-ville de Calgary était déjà vacant en avril 2020, selon les données d’Avison Young. Ce taux d’inoccupation se situe maintenant à 27 %, une légère augmentation.

Quand on regarde le portrait de ce qui se passait avant la pandémie par rapport à aujourd'hui, les choses ne se sont pas tant aggravées à Calgary parce que ça allait déjà tellement mal au départ, affirme Laurent Benarrous de la firme immobilière Avison Young.

À Montréal, le taux d’inoccupation dans le marché des bureaux figure au second rang parmi les plus élevés au pays, mais tout de même loin derrière Calgary. Le centre-ville constatait déjà un exode de locataires commerciaux au profit des banlieues, un phénomène exacerbé par la COVID-19, explique le courtier.

M. Benarrous recense une hausse d’environ 46 % du nombre de pieds carrés à louer dans le centre-ville montréalais au cours de la dernière année.